top of page
Rechercher
  • Maxime Loustalot

6 Types de Surdoués, selon Neihart et Betts



L'identification de la douance peut parfois subir l'influence de différentes représentations sociales. Ainsi, certains peuvent penser à tort qu'une personne surdouée a forcément eu un brillant parcours scolaire; ou encore que la douance rend difficile le lien social et crée de l'isolement.

Nous pouvons également constater qu'il peut avoir de l'hésitation, voire de la confusion dans la distinction des problématiques en lien avec les troubles de l'attention (TDAH) et celles en lien avec la douance (HPI).


Pour faire suite au précédent article - Surdoué/HPI : un phénomène de mode ? - nous pouvons reprendre sur le fait: "qu'il n'existe pas qu'une seule "personnalité HPI"."

Nous verrons ici, le modèle de George Betts et Maureen Neihart faisant état de 6 types de précocités intellectuelles chez l'enfant.


Une précision s'impose : même si le modèle de Neihart et Betts (1988 et 2010) se révèle être un outil utile et pertinent pour mieux comprendre les ressentis, les besoins et les comportements des personnes surdouées, nous considérons pour autant qu'il ne s'agit pas d'une liste exhaustives de profil HPI. Notons également qu'il n'y a pas forcément une distinction stricte des 6 types exposés et qu'il est possible de se retrouver dans plusieurs types.

Le potentiel intellectuel n'est qu'un ensemble de caractéristiques, qui, mis en relation avec le vécu de la personne façonne un profil humain. Il y a donc autant de façon d'être surdoué qu'il y a de surdoués !


Voici donc les 6 types de surdouance déterminés par Neihart et Betts (modèle 2010) d'après leurs analyses de terrains et leurs travaux scientifiques :

  • Type 1: L'élève modèle (Successful)

  • Type 2: L'élève provocateur (Divergent, challenging, gently gifted)

  • Type 3: L'élève clandestin (Underground)

  • Type 4: L'élève flancheur (Dropout)

  • Type 5: L'élève à double étiquette (Double-Labeled)

  • Type 6: L'élève autonome (Autonomous learner)


  • L'élève modèle (type 1): aura tendance à se démarquer par sa réussite scolaire, son adaptation au cadre/respect des règles et son ambition pour l'avenir (ce type de profil représente 90 % des élèves surdoués identifiés en milieu scolaire selon Neihart et Betts!). De part ses facilités à être performant, il peut risquer de s'ennuyer en classe mais ne le manifestera pas (par conformisme sociale). Sa recherche d'approbation et de reconnaissance (de la part des adultes : parents et enseignants) peut entraîner des difficultés à s'affirmer et à exprimer ses sentiments (surtout s'ils sont négatifs). Ses principales sources de motivation étants extrinsèques (déterminé par son environnement sociale adulte), il aura tendance à être dépendant du regard des autres et se montrera souvent moins créatif ou imaginatif que d'autres profils. Mis au défi, il pourra davantage s'affirmer et progresser.


  • L'élève provocateur (type 2): Impatient et frustré, il aura tendance à exprimer ouvertement qu'il s'ennuie en classe et à ne pas se conformer aux règles. Ce qui peut l'amener à être en conflit avec des figures d'autorité et sera souvent perçu comme "perturbateur". Un manque de reconnaissance de ses capacités peut l'amener à développer une image de soi négative. Il procède cependant un niveau élevé de créativité. Egalement obstiné, il pourra se montrer persévérant quand il est intéressé par un sujet. Ce type d'élève peut risquer de se déscolariser s'il ne trouve pas de voie lui permettant d'investir sa passion et sa créativité, mais pourra également être très performant et se faire reconnaître si cela lui est possible.


  • L'élève clandestin (type 3): ce type de profil aura tendance à nier ses capacités, et parfois même à les cacher (en maintenant des résultats scolaires moyens ou en cachant certains centres d'intérêts) pour tenter de mieux s'intégrer socialement auprès de ses camarades. Le besoin d'appartenance, souvent insatisfait, peut ainsi être une source de pression et d'anxiété. Une autre source de pression importante sera en lien avec les attentes des parents et enseignants (surtout s'ils soulignent que les capacités de l'élève ne sont pas pleinement investit dans son travail). Il sera donc fréquent de constater des difficultés à s'affirmer, un manque d'assurance ainsi que de la frustration et une tendance à culpabiliser chez ces profils. En parallèle, on pourra noter l'avantage chez ces profils d'avoir de bonnes capacités d'adaptations (tendance à changer souvent d'amis, d'activités etc...) et d'empathie.


  • L'élève décrocheur (type 4): ce type de profil sera avant tout affecté par beaucoup de frustration et de colère. Incompris, par les adultes et parfois aussi par ceux de son âge, il s'agira aussi de profil chez qui la douance est identifiée que très tardivement (souvent post scolarité). Un rapport assez instable, voire désinvesti à la scolarité: absentéisme fréquent, travail et résultat irrégulier, avec un risque élevé de déscolarisation et de burn-out. En réponse à un sentiment de rejet et un manque de reconnaissance, ce type de surdoué aura tendance à rejeter les autres et à exprimer sa colère sous différentes formes (comportement souvent explosif). Les affects négatifs prennent beaucoup de place, rendant ainsi très irritables, parfois déprimé et renfermé sur lui même. Une estime de soi assez faible du fait de se sentir négligé et incompris (voire dévalorisé socialement). Même si la douance est peu évidente à repérer par le caractère antisociale, on pourra en général noter un écart entre les performances verbales et écrites, laissant supposer qu'il y a derrière le mal-être des capacités non exploitées.


  • L'élève à double étiquette (type 5): il s'agit d'élèves présentant un handicape physique, émotionnel et/ou des troubles de l'apprentissage (TDAH, dysphasie etc...). Influencé par le système scolaire qui aura tendance à se concentrer sur leurs faiblesses, ce type d'élève aura tendance à ignorer ses capacités intellectuelles (difficultés à développer des points fort) et à présenter une estime de soi faible (sentiment d'impuissance important et anxiété de l'échec). Emotionnellement marqué par une hypersensibilité et la frustration. On repèrera une performance scolaire moyenne et une certaine lenteur à effectuer le travail demandé (travail souvent incomplet). Cette "double étiquette" s'inscrit comme une double source de frustration : à la fois pour une stigmatisation autour du handicap, et aussi pour les difficultés à utiliser pleinement son potentiel intellectuel.


  • L'élève autonome (type 6): On retrouvera comme principales caractéristiques: l'autonomie (entre autre dans ses apprentissages et manière de penser) et sa tendance à l'autodidactie. Ce type d'élèves sera également plus indépendant vis à vis du regard des autres que le type 1, ce qui ne l'empêche pas pour autant de connaître socialement le succès, d'être apprécié des parents, des enseignants et de leurs pairs. Capacité au leadership: il aura tendance à entretenir de bonnes relations et sera source d'influence pour les autres. On retrouvera également une image de soi positive, parfois de bonnes capacités à gérer et exprimer ses émotions, et à accepter l'échec. Ce type d'élève aime apprendre, motivé par ses propres objectifs et est conscient de ses capacités.


Les travaux de Neihart et Betts démontrent qu'il n'y a pas qu'un seul type de surdoué et que la douance n'est pas nécessairement identifiable à l'œil nu.

En témoignent les types 2, 3, 4 et 5 qui se caractérisent par des comportements ne permettant pas, a priori, d’observer des capacités hors du commun. De la même manière, certaines personnes peuvent exceller dans un domaine et avoir des capacités au dessus de la moyenne sans forcément être surdoué.

Tous les profils HPI n'auront pas forcément la chance de pouvoir révéler et exploiter pleinement leurs capacités dès l'enfance, ce qui peut entraîner des vécus douloureux marqués par la frustration et le rejet, ainsi que tous les désagréments cités plus hauts.

Raisons pour lesquelles une prise en charge précoce, par une évaluation des capacités cognitives avec des outils validés scientifiquement (tels les batteries de tests de D. Wechsler - WPPSI, WISC, WAIS), et un accompagnement autour des particularités de la douance peut permettre de construire des projets adaptés et épanouissants.




Bibliographie:


- Betts, G. T. & Neihart, M. (1988). Profiles of the Gifted and Talented. Gifted Child Quarterly, vol. 32.

- Betts, G. T. & Kercher, J. K. (1999). The Autonomous Learner Model : Optimizing Ability. Greeley, Colorado , USA. ALPS Publishing.

18 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page