Rechercher
  • Maxime Loustalot

Surdoué/HPI : un phénomène de mode ?

Force est de constater que la douance est une thématique qui intéresse de plus en plus de monde. En témoignent articles, reportages, documentaires et même séries télévisées dans les médias les plus populaires. Mais jusqu'où la notion de haut potentiel intellectuel peut-elle expliquer le mode de fonctionnement ou la personnalité d'une personne?

Qu'est-ce qu'un Haut Potentiel Intellectuel (HPI) ?


La notion de Haut Potentiel Intellectuel vient qualifier une intelligence cognitive très supérieure à la moyenne, par rapport à une population de personnes du même âge qu'elle (soit un Quotient Intellectuel supérieur ou égal à 130 d'après les tests et échelles de D. Wechsler - WPPSI, WISC, WAIS selon l'âge du sujet).

Plus concrètement, on retrouvera chez une personne HPI, d'excellentes capacités en Vocabulaire/Intelligence verbale, Mémoire de Travail, Vitesse de Traitement et Raisonnement Perceptif.



La mode autour du HPI et ses conséquences ?


Selon les statistiques, seulement 2,3% de la population ferait partie des hauts potentiels intellectuels (contre environ 68% de la population se situant dans la "norme" et 13,5% supérieur à la norme sans être HPI). Ces chiffres impliquent donc que la thématique HPI/Surdouance n'intéresse pas que les personnes surdouées. Au contraire, en témoignent par exemple l'audience de la série HPI sur TF1 ou encore les nombres de vues de certaines vidéos sur des plateformes telles que Youtube, cette thématique intéresse factuellement plus de personnes non surdouées que de personnes surdouées. Ce qui en soi n'est pas problématique, au contraire, d'autres films ou séries ont pu également convier de grandes audiences à s'intéresser à des sujets en lien avec la santé mentale et la psychologie.

Toutefois, ce qui est plus préoccupant, c'est que certaines généralités faites sur les HPI peuvent induire en erreur des personnes dans leurs questionnements sur elles mêmes. On peut parfois (et cela n'est pas si rare) observer certaines personnes croire ou affirmer qu'elles sont HPI (sans avoir passé de test) en se référent à leur sentiment de ne pas être comprise par les autres, d'avoir une pensée en arborescence (souvent confondue avec une pensée désorganisée/dispersée) ou encore en se pensant hypersensible (souvent confondue avec de l'irritabilité en lien avec de l'anxiété ou un manque de confiance en soi).



Le concept de HPI suffit il à expliquer souffrance et décalage dans le rapport à l'autre ?


Outre les concepts et outils scientifiques permettant d'identifier une personne à haut potentiel intellectuel par l'évaluation de ses capacités cognitives, on peut trouver dans certaines littératures, ce qui est décrit comme étant des caractéristiques (ou traits de personnalité) des personnes HPI. On retrouve ainsi souvent : créativité, curiosité, perfectionnisme, pensée en arborescence, empathie etc... qui sont des caractéristiques que l'on peut trouver chez des personnes qui n'ont pas des capacités cognitives au dessus de la norme.

On peut également retrouver (et cela est plus que fréquent) des traits d'ordre socio-émotionnel comme: l'hypersensibilité, le sentiment d'imposture, le sentiment de décalage/voire incompréhension dans son rapport aux autres... C'est sur ces points qu'il y a à mon sens le plus de biais et de confusion entre ce qui est objectivable/évaluable scientifiquement et ce qui relève de la subjectivité et du vécu.


Nous déplierons dans un futur article, différents types de profil HPI pour mettre davantage en évidence qu'il n'existe pas qu'une seule "personnalité HPI" et que certains stéréotypes à la mode ne sont pas représentatifs des personnes HPI.

En effet, les capacités cognitives, quelles qu'elles soient, n'expliquent pas à elles seules le mode de fonctionnement d'une personne et sa personnalité. D'autres éléments sont à prendre en compte, à commencer par le vécu de la personne.


De part mon expérience clinique auprès de sujets surdoués, les difficultés sociales et émotionnelles que l'on peut retrouver chez certains ont davantage à voir avec des traumatismes et/ou le vécu de relations toxiques. Ce sur quoi la douance peut donner une tonalité particulière. De part ses capacités de raisonnement et de mémorisation, le sujet surdoué peut aller plus loin dans la remise en question, le doute et l'appréhension des choses, et aura peut être moins de facilité à lâcher prise.


Pour conclure, nous pourrons simplement évoquer qu'être HPI n'est pas forcément un fardeau dans son rapport aux autres. Heureusement, les personnes surdouées peuvent aussi être intégrées et épanouies socialement. Et si certaines présentent des mécanismes de défenses dysfonctionnels et gardent des traces de traumatismes vécus, cela peut signifier qu'un travail sur soi est nécessaire pour opérer à plus de résilience et de connaissance de soi.

18 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout